Humeurs félines

Aller au contenuAller au menu |Aller à la recherche

Cinéma //

Les Témoins

Je reviens d'aller voir le dernier film d'André Téchiné, intitulé "Les Témoins".



Manu, un jeune homme d'environ vingt ans, interprété par Johan Libéreau, débarque en 1984 à Paris chez sa soeur et fait la connaissance d'Adrien, un médecin qui a un peu plus que la cinquantaine, interprété par Michel Blanc, et qui tombe amoureux de Manu qui ne veut qu'une relation d'amitié avec lui. Adrien présente à Manu un couple de ses amis, Mehdhi (interprété par Sami Bouajila) et Sarah (interprétée par Emmanuelle Béart). C'est le point de départ d'un jeu de relations complexes entre ces cinq personnes, avec des histoires d'amour, des disputes, des jalousies, le tout avec l'ombre de la maladie du sida qui révèle des personnalités contrastées autour de Manu: Adrien le médecin qui transforme son amour en rage de combattre la maladie et d'accompagner Manu dans sa maladie, Mehdi et Sarah qui se disputent et se réconcilient alternativement, etc.
Je trouve qu'André Téchiné nous a sorti là un très bon film, très juste, avec juste de qu'il faut de tendresse et d'émotion. Je suis sorti du film avec un grand sourire tellement ce film m'avait plu. Une histoire très bien racontée, et des acteurs que j'apprécie et que j'ai eu plaisir à retrouver (comme Sami Bouajila), à découvrir (comme Johan Libéreau) ou à redécouvrir (comme Emmanuelle Béart ou Michel Blanc).

|| lundi 16 avril 2007 (01:22) || Mianux || aucun commentaire || aucun trackback||

Cinéma //

Avant-première: L'ami de la famille

Ce soir, à l'invitation du site avant-premieres.net, j'ai pu aller assister à l'avant-première du film italien "L'ami de la famille".


C'est plutôt un film dit "d'auteur", mais c'est un film riche et émouvant, drôle aussi parfois. L'histoire d'un usurier dans une ville italienne, qui paraît au premier abord un personnage plutôt repoussant, sale et répugnant, et qui de plus exerce un métier honni mais qui est cependant nécessaire à la vie de la cité où il vit. Il exploite la misère de ceux qui recourent à ses services, ce qui le rend encore plus détestable et la réaction première de tout un chacun est de prendre instinctivement le parti de ceux et celles qu'il exploite ainsi.
Le brio du réalisateur est de nous faire prendre peu à peu conscience que la vie affective de cet homme (hétérosexuel, mais il eût pu tout aussi bien être homo) est aussi déserte et austère que la ville montrée par le film. On se rend compte que sa sphère affective n'est pas un grand vide, mais un gouffre abyssal du fond duquel il se raccroche à une caresse volée, à des regards furtifs vers les objets de ses désirs, à des tentatives désespérées pour faire la rencontre de l'être qui pourrait partager son affection, son coeur. Il en est réduit à ramasser les miettes d'amour que son métier lui permet de grappiller.
Vers la fin du film, on s'aperçoit qu'une bande de ses soit-disant amis découvre sa faille affective et réussit à le rouler en beauté en exploitant cette faille... le besoin d'amour de cet être dont tout le monde lui dit, tout en le détestant cordialement, qu'il est un coeur d'or, quelqu'un de bien finalement, malgré sa laideur et son métier jugé peu reluisant. On connait tous sûrement quelqu'un qui, sans aller jusqu'à un personnage aux traits physiques et de caractère si caricaturaux, est dans un désert et un gouffre affectif tel qu'au fond cela donne le vertige et on préfère rester superficiel, l'assurer que c'est quelqu'un de bien, de gentil, avec le coeur sur la main, etc, et qu'on ne comprend pas qu'il n'ait toujours pas trouvé quelqu'un, qu'aucune de ses relations n'aboutisse vraiment... quelqu'un dont on s'aperçoit, quand on le connaît un peu, qu'il préfère mettre sur son coeur de liège une écorce rugueuse pour ne pas trop se faire écorcher davantage le coeur...
C'est donc un film qui malgré quelques longueurs, est assez dynamique, avec des épisodes qui m'ont un peu fait penser à "Trainspotting" (là ne me demandez pas pourquoi, c'est purement subjectif!) et aussi un peu à des films de Claude Sautet.

Sur mon baladeur en rentrant du cinéma:

Il vivait en dehors des chemins forestiers,
Ce n'était nullement un arbre de métier,
Il n'avait jamais vu l'ombre d'un bûcheron,
Ce grand chêne fier sur son tronc.

Il eût connu des jours filés d'or et de soie
Sans ses proches voisins, les pires gens qui soient ;
Des roseaux mal-pensants, pas même des bambous,
S'amusant à le mettre à bout.

Du matin jusqu'au soir ces petit rejetons,
Tout juste cann' à pêch', à peine mirlitons,
Lui tournant tout autour chantaient, in extenso,
L'histoire du chêne et du roseau.

Et, bien qu'il fût en bois, les chênes, c'est courant,
La fable ne le laissait pas indifférent.
Il advint que lassé d'être en but aux lazzi,
Il se résolut à l'exi(l).

(Extrait de Le Grand Chêne de Georges Brassens)


|| jeudi 12 avril 2007 (23:57) || Mianux || un commentaire || aucun trackback||

Commentaires et Trackbacks

1. Le vendredi 13 avril 2007 à 09:53, par Pierre Vallet

La réactivité des (vrais) blogueurs m'épatera toujours !
J'espère que tu as passé une bonne soirée. On te tient au courant si de notre prochain coup de coeur.
Amicalement.

Tranches de vie //

Paris-Carnet: Bis repetita...

Ce soir, je suis allé pour la deuxième fois à une réunion Paris-Carnet.
Dans un petit bar très sympa du XIème une trentaine voire une quarantaine de blogueurs et blogueuses se trouvaient là, pour parler de tout et de rien, se désaltérer et rencontrer du monde, en somme.
Moi qui ne suis pas très agoraphile (sans être pour autant agoraphobe, auquel cas je ne serais pas venu ;-) ), je me suis posé à une table après avoir salué Melodye qui m'avait reconnu. A cette table, accompagné de ma pinte de bière, j'ai pu discuter avec des blogueurs qui avaient de la conversation sur beaucoup de choses: cinéma, disques vinyles, un peu de "poulitique" mais pas trop, les vertus des bières et l'opportunité de créer un ministère des brasseries (non finalement ce n'est pas une bonne idée!) et tant d'autres choses. Je me rappelle avoir revu Gaby vu au Paris-Carnet de Février, l'éminent Maître Éolas, Labosonic, Palpatine (cherchant l'Opéra de Pékin sur Google Maps à partir d'un pur jouet de geek, un Nokia N770, je crois), Laurent (Embruns) et d'autres dont je n'ai pas malheureusement retenu le nom ou le pseudo.
Les autres tables semblaient tout aussi animées, et j'y ai reconnu également quelques visages qui m'étaient familiers car je les avais déjà vus aussi au Paris-Carnet de Février.
Ma foi, une bonne petite soirée agréable, quoiqu'avec tant de monde on a du mal à parler à tout le monde ;-(
Vers 23 heures, la fatigue aidant, j'ai préféré rentrer dans mes pénates en me disant qu'il ne faudrait pas louper le prochain Paris-Carnet ;-)

|| jeudi 5 avril 2007 (00:10) || Mianux || un commentaire || aucun trackback||

Commentaires et Trackbacks

MyBlogLog 1. Le jeudi 5 avril 2007 à 15:41, par Pierre Vallet

...C'était sympa de se rencontrer. Je vois que nous nous reverrons le 12 avril... Alors à bientôt !

Le minet du jour //

Le poisson-chat




C'est bien sûr un  >>====;)  d'avril ;-)

|| dimanche 1 avril 2007 (15:54) || Mianux || 2 commentaires || aucun trackback||

Commentaires et Trackbacks

MyBlogLog 1. Le mardi 3 avril 2007 à 16:38, par AL1

J'aime pas les moustachus... Mais j'aime bien quand on ronronne dans le creux de mon épaule ! ;-)

MyBlogLog 2. Le jeudi 5 avril 2007 à 00:15, par Mianux

>Al1: Heureusement, je n'ai pas de pareilles moustaches! Quand à savoir si je ronronne au creux de l'épaule, c'est possible, si je me sens bien au creux de ladite épaule ;-)

Tranches de vie //

Rêveries d'un promeneur solitaire

Ce soir vers 22 heures, pour me changer les idées, j'ai décidé de sortir acheter des cigarettes et d'aller me promener en solitaire dans les rues de Paris. Bastille, Marais, Châtelet, et retour par les petites rues connues des promeneurs, les rues pleines de bars (où je ne suis pas rentré). Chemin faisant je me remémorais des visages, des mots captés ici ou là, lus sur la toile, des sentiments éprouvés, des sentiments incertains de part et d'autre, des questions sur ma relation avec les mecs que j'aime, que j'ai aimés ou que j'aurais bien envie d'aimer s'il n'y avait pas tant de barrières entre nous... Les impressions, les incertitudes et les certitudes de ma vie... Une certitude que mon indépendance et mon désir d'autonomie, ma solitude même, sont aussi mes atouts, que j'aimerais bien partager avec quelqu'un, mais que je ne dois pas sacrifier pour quelqu'un non plus... Compliqué, me dira-t-on? Non pas tant que cela en fait. Je crois que le plus beau compliment que je pourrais faire à un mec serait de lui dire que je suis aussi bien avec lui que si j'étais tout seul, et que quand je commence à souhaiter retourner à ma solitude quand je suis avec quelqu'un, c'est que quelque chose ne va pas...

|| mardi 27 mars 2007 (01:31) || Mianux || aucun commentaire || aucun trackback||

< 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 13 14 15 16 17 18 19 20 21 22 23 24 25 26 27 28 29 30 31 32 33 34 35 36 37 38 39 40 41 42 43 44 45 46 47 48 49 50 51 52 53 54 55 56 57 58 59 60 61 62 63 64 >

Guépard
Rainbow Flag

POur que ce soit clair...

Pédéblogueur
(Image de Kek via Matoo)

Licence Creative Commons

Creative Commons License
Cette création par Mianux est mise à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Paternité-Pas d'Utilisation Commerciale-Pas de Modification 2.0 France.

BlogCloud

blogCloud

Classements


BlogoMetrie 2.0

Google Friend Connect

Sur Facebook

Zygomar (Mon Nabaztag)

Lien vers mon Nabaztag

Blogday...

3108 This!

Blogs de Paname

Je suis à Paris sur la ligne 8

Pour me contacter

Contact
Mon statut Skype

Mon MSN Messenger

Campagne AIDES

Aides

Citation

Chaque année, j'ai un an de moins que l'année d'après. Tony Duvert

Repères temporels

  • Je suis arrivé il y a 18936 jours

Mon chat virtuel

adopt your own virtual pet!

"Les Influenceurs"

NUL
Recommandé par des Influenceurs.

Quelle heure est-il à Paris?

Horloge ClockLink

À toutes fins utiles

Halde

Billets du mois

« août 2011
lunmarmerjeuvensamdim
1234567
891011121314
15161718192021
22232425262728
293031

Mybloglog

Je lis...

Balade dans les solitudes ordinaires (Catherine Baker)
Balade dans les solitudes ordinaires (Catherine Baker)

J'écoute...

Je n'irai pas à Notre-Dame
Je n'irai pas à Notre-Dame

Balbino Medellin - Gitan de Paname
Balbino Medellin - Gitan de Paname

Chris Stills
Chris Stills

RSS Têtu

del.icio.us

Qui parle du Guépard?

Who links to my website?

Mianux sur Twitter

Follow mianux on Twitter

Liberté Internet

 

Comme c'est un de mes artistes préférés, je lui rends ici hommage ...

Mano Solo : nouvel album

Ce blog est l'expression de mes opinions et impressions personnelles.
Les commentaires sont auto-modérés par le principe d'un "captcha" anti-spam, et pourront faire l'objet d'une modération a posteriori, voire d'une suppression, en cas de contenu offensant, discriminatoire ou illégal.
Les citations de textes ou de chansons sont faites dans le but d'illustrer les propos de ce blog, et également de faire connaître l'oeuvre de leurs auteurs, et non de porter atteinte à la propriété intellectuelle de ces derniers. Cependant, il sera tenu compte de toute demande, sérieuse et authentifiée, de retrait de ces citations, exprimée par les auteurs ou leurs ayant-droits.
Mentions légales