Humeurs félines

Aller au contenuAller au menu |Aller à la recherche

Cinéma //

Trois amis

Je viens d'aller voir le film "Trois amis" avec comme acteurs principaux Kad Merad, Mathilde Seigner et Pascal Elbé



Un film amusant où l'on rit de bon coeur, sur les péripéties de la vie de 3 amis inséparables malgré leurs aventures et déboires amoureux. Un film où j'ai beaucoup apprécié le jeu d'actrice de Mathilde Seigner, égale à elle-même avec son caractère ineffable, ainsi que le jeu d'acteur et le physique avantageux de Pascal Elbé (si je rencontre un mec comme ça, j'en ferais bien mon casse-croûte ;-) ). On y remarquera aussi la dernière apparition cinéma de Philippe Noiret, un peu en "guest star from artist's heaven" si j'ose dire.

|| lundi 27 août 2007 (01:47) || Mianux || aucun commentaire || aucun trackback||

Cinéma //

Il a cassé sa biscotte...

J'ai appris aujourd'hui le décès de Michel Serrault, un acteur que j'appréciais beaucoup.
Je n'ai pas vu tous ses films, mais à mon esprit me reviennent des images de films comme Le Bonheur Est Dans le Pré (avec Eddy Mitchell), Les Enfants Du Marais (avec Jacques Gamblin, Assassins (avec Matthieu Kassovitz) et bien sûr les inénarrables (quoiqu'un peu caricaturaux) Cages Aux Folles...
Il est unanimement salué, mais je tiens à le saluer aussi à ma manière...
free music


|| lundi 30 juillet 2007 (20:45) || Mianux || aucun commentaire || aucun trackback||

Cinéma //

The Bubble (La Bulle)

Il n'y a pas de chagrin qu'un bon livre ne puisse apaiser, disait un écrivain célèbre, Jean d'O. Il est est de même pour moi d'un bon film que j'ai choisi d'aller voir. Ce soir, n'ayant pas de chagrin particulier, mais ayant quand même envie de voir un bon film, j'ai jeté mon dévolu sur le film "The Bubble".



Noam, un Israelien homo habitant Tel-Aviv, effectue dans le cadre de son service militaire le contrôle d'un barrage à Naplouse. Lors d'un contrôle qui traîne en longueur à cause d'un incident (une femme qui accouche en plein barrage), son regard croise celui d'Ashraf, un Palestinien qui lui aussi passe le barrage. On voit tout de suite que les regards sont ceux d'un coup de foudre, et les deux jeunes hommes se retrouvent à Tel-Aviv, où Noam vit avec deux colocataires, un peu dans une bulle de civilisation à peu près en paix dans ce pays tourmenté. S'ensuit une histoire d'amour entre Noam et Ashraf, contrariée par l'attitude intolérante de la famille d'Ashraf (hétérosexuelle et religieuse), ainsi qu'une bavure de l'armée israelienne qui abat par erreur la soeur d'Ashraf dans la rue lors d'une opération de poursuite d'un "terroriste"... mais bon je ne vais pas tout raconter quand même ;-)
C'est à mon sens un film magnifique, qui tend à montrer que l'amour est au dessus des contingences de la religion, de la famille et même des rivalités politiques entre pays. Oui, un très beau film qui sait tour à tour être drôle, émouvant, un peu superficiel juste ce qu'il faut. Un beau film comme je n'en avais pas vu depuis longtemps...

|| dimanche 8 juillet 2007 (02:04) || Mianux || 2 commentaires || aucun trackback||

Commentaires et Trackbacks

MyBlogLog 1. Le mardi 10 juillet 2007 à 22:28, par Dream Volt

J'en n'avais pas entendu parlé mais il a l'air sympa... perso, pour me remonter le moral je m'enverrai bien DIE HARD 4 ... ou s'il sortait, un 3ème bridget jones...avec bcp, bcp de chocolat!!!!

MyBlogLog 2. Le samedi 28 juillet 2007 à 20:57, par AL1

Il suffit d'avoir vu "Yossi & Jagger" et "Tu marcheras sur l'eau" pour être convaincu à l'avance (?!) que "The bubble" est une réussite... Jamais 2 sans 3 : Eytan Fox ne m'a pas déçu !

Cinéma //

Les Témoins

Je reviens d'aller voir le dernier film d'André Téchiné, intitulé "Les Témoins".



Manu, un jeune homme d'environ vingt ans, interprété par Johan Libéreau, débarque en 1984 à Paris chez sa soeur et fait la connaissance d'Adrien, un médecin qui a un peu plus que la cinquantaine, interprété par Michel Blanc, et qui tombe amoureux de Manu qui ne veut qu'une relation d'amitié avec lui. Adrien présente à Manu un couple de ses amis, Mehdhi (interprété par Sami Bouajila) et Sarah (interprétée par Emmanuelle Béart). C'est le point de départ d'un jeu de relations complexes entre ces cinq personnes, avec des histoires d'amour, des disputes, des jalousies, le tout avec l'ombre de la maladie du sida qui révèle des personnalités contrastées autour de Manu: Adrien le médecin qui transforme son amour en rage de combattre la maladie et d'accompagner Manu dans sa maladie, Mehdi et Sarah qui se disputent et se réconcilient alternativement, etc.
Je trouve qu'André Téchiné nous a sorti là un très bon film, très juste, avec juste de qu'il faut de tendresse et d'émotion. Je suis sorti du film avec un grand sourire tellement ce film m'avait plu. Une histoire très bien racontée, et des acteurs que j'apprécie et que j'ai eu plaisir à retrouver (comme Sami Bouajila), à découvrir (comme Johan Libéreau) ou à redécouvrir (comme Emmanuelle Béart ou Michel Blanc).

|| lundi 16 avril 2007 (01:22) || Mianux || aucun commentaire || aucun trackback||

Cinéma //

Avant-première: L'ami de la famille

Ce soir, à l'invitation du site avant-premieres.net, j'ai pu aller assister à l'avant-première du film italien "L'ami de la famille".


C'est plutôt un film dit "d'auteur", mais c'est un film riche et émouvant, drôle aussi parfois. L'histoire d'un usurier dans une ville italienne, qui paraît au premier abord un personnage plutôt repoussant, sale et répugnant, et qui de plus exerce un métier honni mais qui est cependant nécessaire à la vie de la cité où il vit. Il exploite la misère de ceux qui recourent à ses services, ce qui le rend encore plus détestable et la réaction première de tout un chacun est de prendre instinctivement le parti de ceux et celles qu'il exploite ainsi.
Le brio du réalisateur est de nous faire prendre peu à peu conscience que la vie affective de cet homme (hétérosexuel, mais il eût pu tout aussi bien être homo) est aussi déserte et austère que la ville montrée par le film. On se rend compte que sa sphère affective n'est pas un grand vide, mais un gouffre abyssal du fond duquel il se raccroche à une caresse volée, à des regards furtifs vers les objets de ses désirs, à des tentatives désespérées pour faire la rencontre de l'être qui pourrait partager son affection, son coeur. Il en est réduit à ramasser les miettes d'amour que son métier lui permet de grappiller.
Vers la fin du film, on s'aperçoit qu'une bande de ses soit-disant amis découvre sa faille affective et réussit à le rouler en beauté en exploitant cette faille... le besoin d'amour de cet être dont tout le monde lui dit, tout en le détestant cordialement, qu'il est un coeur d'or, quelqu'un de bien finalement, malgré sa laideur et son métier jugé peu reluisant. On connait tous sûrement quelqu'un qui, sans aller jusqu'à un personnage aux traits physiques et de caractère si caricaturaux, est dans un désert et un gouffre affectif tel qu'au fond cela donne le vertige et on préfère rester superficiel, l'assurer que c'est quelqu'un de bien, de gentil, avec le coeur sur la main, etc, et qu'on ne comprend pas qu'il n'ait toujours pas trouvé quelqu'un, qu'aucune de ses relations n'aboutisse vraiment... quelqu'un dont on s'aperçoit, quand on le connaît un peu, qu'il préfère mettre sur son coeur de liège une écorce rugueuse pour ne pas trop se faire écorcher davantage le coeur...
C'est donc un film qui malgré quelques longueurs, est assez dynamique, avec des épisodes qui m'ont un peu fait penser à "Trainspotting" (là ne me demandez pas pourquoi, c'est purement subjectif!) et aussi un peu à des films de Claude Sautet.

Sur mon baladeur en rentrant du cinéma:

Il vivait en dehors des chemins forestiers,
Ce n'était nullement un arbre de métier,
Il n'avait jamais vu l'ombre d'un bûcheron,
Ce grand chêne fier sur son tronc.

Il eût connu des jours filés d'or et de soie
Sans ses proches voisins, les pires gens qui soient ;
Des roseaux mal-pensants, pas même des bambous,
S'amusant à le mettre à bout.

Du matin jusqu'au soir ces petit rejetons,
Tout juste cann' à pêch', à peine mirlitons,
Lui tournant tout autour chantaient, in extenso,
L'histoire du chêne et du roseau.

Et, bien qu'il fût en bois, les chênes, c'est courant,
La fable ne le laissait pas indifférent.
Il advint que lassé d'être en but aux lazzi,
Il se résolut à l'exi(l).

(Extrait de Le Grand Chêne de Georges Brassens)


|| jeudi 12 avril 2007 (23:57) || Mianux || un commentaire || aucun trackback||

Commentaires et Trackbacks

1. Le vendredi 13 avril 2007 à 09:53, par Pierre Vallet

La réactivité des (vrais) blogueurs m'épatera toujours !
J'espère que tu as passé une bonne soirée. On te tient au courant si de notre prochain coup de coeur.
Amicalement.

1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 >

Guépard
Rainbow Flag

POur que ce soit clair...

Pédéblogueur
(Image de Kek via Matoo)

Licence Creative Commons

Creative Commons License
Cette création par Mianux est mise à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Paternité-Pas d'Utilisation Commerciale-Pas de Modification 2.0 France.

BlogCloud

blogCloud

Classements


BlogoMetrie 2.0

Google Friend Connect

Sur Facebook

Zygomar (Mon Nabaztag)

Lien vers mon Nabaztag

Blogday...

3108 This!

Blogs de Paname

Je suis à Paris sur la ligne 8

Pour me contacter

Contact
Mon statut Skype

Mon MSN Messenger

Campagne AIDES

Aides

Citation

Quiconque est prêt à sacrifier sa liberté pour un peu de sécurité provisoire ne mérite ni l’une ni l’autre et finira par perdre les deux Thomas Jefferson

Repères temporels

  • Je suis arrivé il y a 18818 jours

Mon chat virtuel

adopt your own virtual pet!

"Les Influenceurs"

NUL
Recommandé par des Influenceurs.

Quelle heure est-il à Paris?

Horloge ClockLink

À toutes fins utiles

Halde

Billets du mois

« août 2007
lunmarmerjeuvensamdim
12345
6789101112
13141516171819
20212223242526
2728293031

Mybloglog

Je lis...

Balade dans les solitudes ordinaires (Catherine Baker)
Balade dans les solitudes ordinaires (Catherine Baker)

J'écoute...

Chris Stills
Chris Stills

Le premier pas
Le premier pas

Balbino Medellin - Gitan de Paname
Balbino Medellin - Gitan de Paname

RSS Têtu

del.icio.us

Qui parle du Guépard?

Who links to my website?

Mianux sur Twitter

Follow mianux on Twitter

Liberté Internet

 

Comme c'est un de mes artistes préférés, je lui rends ici hommage ...

Mano Solo : nouvel album

Ce blog est l'expression de mes opinions et impressions personnelles.
Les commentaires sont auto-modérés par le principe d'un "captcha" anti-spam, et pourront faire l'objet d'une modération a posteriori, voire d'une suppression, en cas de contenu offensant, discriminatoire ou illégal.
Les citations de textes ou de chansons sont faites dans le but d'illustrer les propos de ce blog, et également de faire connaître l'oeuvre de leurs auteurs, et non de porter atteinte à la propriété intellectuelle de ces derniers. Cependant, il sera tenu compte de toute demande, sérieuse et authentifiée, de retrait de ces citations, exprimée par les auteurs ou leurs ayant-droits.
Mentions légales