Il n'y a pas de chagrin qu'un bon livre ne puisse apaiser, disait un écrivain célèbre, Jean d'O. Il est est de même pour moi d'un bon film que j'ai choisi d'aller voir. Ce soir, n'ayant pas de chagrin particulier, mais ayant quand même envie de voir un bon film, j'ai jeté mon dévolu sur le film "The Bubble".



Noam, un Israelien homo habitant Tel-Aviv, effectue dans le cadre de son service militaire le contrôle d'un barrage à Naplouse. Lors d'un contrôle qui traîne en longueur à cause d'un incident (une femme qui accouche en plein barrage), son regard croise celui d'Ashraf, un Palestinien qui lui aussi passe le barrage. On voit tout de suite que les regards sont ceux d'un coup de foudre, et les deux jeunes hommes se retrouvent à Tel-Aviv, où Noam vit avec deux colocataires, un peu dans une bulle de civilisation à peu près en paix dans ce pays tourmenté. S'ensuit une histoire d'amour entre Noam et Ashraf, contrariée par l'attitude intolérante de la famille d'Ashraf (hétérosexuelle et religieuse), ainsi qu'une bavure de l'armée israelienne qui abat par erreur la soeur d'Ashraf dans la rue lors d'une opération de poursuite d'un "terroriste"... mais bon je ne vais pas tout raconter quand même ;-)
C'est à mon sens un film magnifique, qui tend à montrer que l'amour est au dessus des contingences de la religion, de la famille et même des rivalités politiques entre pays. Oui, un très beau film qui sait tour à tour être drôle, émouvant, un peu superficiel juste ce qu'il faut. Un beau film comme je n'en avais pas vu depuis longtemps...