Première semaine de juillet, première semaine de congés pour cet été. Après la marche des fiertés, que j'ai suivie non loin du carré de tête comme l'an dernier, je me suis aperçu que malgré le ciel gris de samedi, j'ai quand même pris un coup de soleil et quelques couleurs (différents tons de rouge écrevisse).
Après un dimanche cocooning bien mérité pour me reposer, et un lundi consacré à à un petit réaménagement de ma chambre-séjour, j'ai reçu ce mardi le plombier qui venait effectuer la révision annuelle de mon chauffe-eau, qui avait depuis quelques jours des sautes d'humeur avec des variations de température inquiétantes de l'eau chaude. Heureuse surprise, cette année c'est un charmant jeune homme qui s'est présenté ;-). Cela ne l'a pas empêché de dire comme dans la chanson de Pierre Perret:
Je dis hélas ça se répare pas
On ne fait plus ce modèle-là
Y a plus de pièces y a plus de main-d'œuvre
Moi j'dis à votre place je m'en payerais un neuf
Enfin, c'est mon propriétaire qui va être content, et moi, en attendant qu'il se décide à me le faire changer, je vais devoir prendre des douches froides ou tièdes ;-) en fonction de l'humeur de mon chauffe-eau.
J'ai terminé ma journée par un petit dîner en solo au Flunch des Halles, agrémenté par la présence à deux tables de la mienne d'un autre charmant jeune homme venu lui aussi dîner en solo, que je ne me suis pas privé de mater discrètement, enfin pas si discrètement que cela puisqu'il s'est mis lui aussi à me mater. Etait-ce des regards du style "mais qu'est-ce qu'il a à me regarder celui-là?" ou des regards plus bienveillants, je ne sais pas mais bon il faut savoir profiter des petits bonheurs de la vie sans avoir "les yeux plus gros que le ventre"...

On est des centaines de mille
A défiler sous le soleil qui brille
Mais à la fin de cette journée
Qui était tout à fait gay
On se retrouve seul...