Et oui, il y a 23 ans tu me quittais... un petit slam en ta mémoire, mon ami de mes dix-huit ans...

Je revois encore ce matin blême dans cette ville du bord de mer
Où les touristes à la peau blême viennent se faire dorer l'été
Mais où l'hiver pour un jeune de dix-huit-ans a un goût d'enfer
Ce matin blême où je me suis levé pour aller au lycée
J'ai allumé le chauffe-eau puisque j'étais le premier levé, ma mère
Me dit alors bonjour et me demande de faire le café...

Après-midi en revenant de la maison toute proche où j'étais allé déjeuner
Le cours d'histoire commence, j'en ai rien à faire, ce cours déjà je le connais
Le professeur, un abbé somme toute sympathique, a la mine renfrognée
Il nous dit d'une voix grave, "J'ai une mauvaise nouvelle à vous annoncer:
On vient d'apprendre qu'un ancien élève a eu un grave accident"
Et quand il dit son nom, je commence à avoir froid en dedans

Ce nom-là c'était toi, mon ami que j'avais connu l'année passée
Avec qui je commençais à croire qu'un jour l'Amour exaucerait ma prière
Au lieu de cela, tu partis un brumeux matin d'hiver
Ta voiture en morceaux et ton corps gisant sans doute par terre
Sur cette route nationale que je maudis depuis toujours
Cette sale route qui me prit mon vrai premier amour

Il me fallut le soir faire preuve d'indifférence
A la maison mon amour pour toi était à taire
Aux infos de la radio, une phrase pour ton accident
Je détourne le regard pour que ma mère ne voit pas mes yeux se mouillant
Le lendemain, dans le journal, une photo de l'accident
Je la découpe et la colle avec l'article sur un cahier de sentiments
Je l'ai gardé longtemps, mais je l'ai perdue aussi avec le temps
C'est peut-être mieux ainsi, je ne sais pas, je ne sais plus....

D'autres sont venus dans ma vie me proposer des sentiments
Je les ai de mon mieux accueillis
Mais je ne peux me résoudre à t'oublier tout à fait

(Copyleft Mianux 2007-03-19 - Reproduction autorisée (sauf pour utilisation commerciale) à condition de citer l'auteur et le site d'origine)