Des mots lancinants, comme Milord qui me demande de l'appeler et ne répond pas quand je l'appelle
Des mots agaçants, comme les mots du journal télé qui me rappelle que le monde est fou, que le monde est cruel
Des mots doux à l'oreille, comme Rominet qui pense à moi, même si je sais qu'il est possible que l'espace d'un soir un autre l'ensorcelle
Des mots que je n'espérais plus comme ceux de mon loup qui me rappelle
Des mots qui chantent, venant du disque vinyle qui tourne sur ma platine...

C'est fou c' que j' peux t'aimer,
C' que j' peux t'aimer, des fois,
Des fois, je voudrais crier
Car j' n'ai jamais aimé,
Jamais aimé comme ça.
Ça, je peux te l'jurer.
Si jamais tu partais,
Partais et me quittais,
Me quittais pour toujours,
C'est sûr que j'en mourrais,
Que j'en mourrais d'amour,
Mon amour, mon amour...
Et voilà qu'aujourd'hui,
Ces mêmes mots d'amour,
C'est moi qui les redis,
C'est moi qui les redis
Avec autant d'amour
A un autre que lui.
Je dis des mots
Parce que des mots,
Il y en a tant
Qu'il y en a trop...
(Extrait de "Les mots d'amour" (Paroles: Michel Rivgauche. Musique: Charles Dumont) chanté par Édith Piaf)