Non je ne vais pas ici raconter la vie des matous que je préfère, mais plutôt parler des vies qui se croisent sur les "chats" ou "salons de clavardage" pour nos amis québécois, plus spécialement les chats gays que je connais un peu mieux.
Voici un peu plus de six ans (j'avais 34 ans) j'avais croisé sur un chat un mec de 38 ans qui m'avait dragué. Il était sympa comme tout, mais il s'était plus qu'avantagé (en mode texte, sans photos, c'est facile!) sur le plan physique ce qui a fait que quand je l'ai vu j'ai failli prendre mes jambes à mon cou. Seule ma gentillesse légendaire a fait que je suis resté lui parler, et que nous sommes restés en contact par internet pendant un an environ...
Je passerai sur les discussions éphémères d'un soir puis plus rien, les discussions qui se sont prolongées sur une semaine ou deux puis plus rien...Puis j'ai un peu laissé tombé les chats, étant donné que j'avais en vue un mec dont j'étais tombé amoureux (même si lui ne me voyait que comme un simple ami et me l'a fait comprendre, mais je ne voulais pas l'admettre...). Une autre relation durable se dessinait et je ne le savais pas encore, qui s'est concrétisée fin 2001 et a duré (malgré quelques "froids") jusque début 2006.
A cette époque (mi-2006) je me suis dit que j'allais retourner sur les chats pour renouer des contacts, et là je n'ai été qu'à moitié surpris: la même jungle qu'avant, en plus exigeant: "pas de pics, pas de dial" voire "pas de webcam, pas de dial"... ou aussi "plus de 25 pas la peine"... C'est très édifiant: pour un coup d'un soir, on veut être sûr de ne pas être décu, on ne prend qu'à peine le temps de découvrir l'autre, on veut juste savoir si c'est un bon coup et basta!... Les "vingtaine" snobent les "trentaine" qui snobent les "quarantaine" qui snobent les "cinquantaine" (enfin si ces derniers, non encore dégoûtés sont encore à errer par là...). Ajouter à cela une tendance marquée à rechercher un mec plus jeune que soi si possible, mais ceux (plus jeunes) recherchés ne veulent pas d'un plus vieux, donc une vaste incompréhension qui laisse tout le monde sur sa faim...
Mais bon je vais quand même y retourner sur ces chats, et peut-être que dans cet océan d'intolérance et d'exclusion je trouverai un autre naufragé solitaire qui voudra bien s'amarrer à ma barque et naviguer "à couple" pendant un peu de temps sur l'océan de la vie ;-)