Aujourd'hui je suis en long week-end de cinq jours...
Il paraît que c'est bientôt Noël...
En fait ça ne me fait ni chaud ni froid...
Je reprends un CD qui traîne sur mon bureau, le glisse dans le lecteur, et je réécoute cette chanson qui, légèrement adaptée (quelques pronoms changés, l'esprit de la chanson étant respecté) comme ci-dessous, reflète bien ma relation avec un mec, rencontré il y a six ans, que j'aime encor beaucoup (ou encor trop hélas?) maintenant...

Je le connais depuis longtemps
Ensemble nous sortons souvent
On nous prend pour des amoureux
Mais cependant entre nous deux
Il n'y a toujours eu qu'amitié ambigüe

Et parfois nous nous racontons
Nos différentes liaisons
L'un et l'autre étant jaloux
Quand un amour vient tout d'un coup
Déranger un peu trop
Nos rapports un peu faux

Moi je suis le roi
Je suis le roi de Platonie
Je règne sur un drôle de pays
Où il ne sera jamais permis
De toucher c'lui dont on a envie

Je pense que de temps en temps
Je vais dire des mots importants
Parler de la complicité
Par laquelle nous sommes liés
Et que j'aimerais bien
Pousser encore plus loin

Mais je suis le roi
Je suis le roi de Platonie
Je règne sur un drôle de pays
Où il ne sera jamais permis
De toucher c'lui dont on a envie

Je suis le roi de Platonie
Je donne ma couronne à qui m'envie
Le jour c'est à moi qu'il se confie
Mais avec d'autres il finit ses nuits

Je suis le roi de Platonie
Dans ma tour d'ivoire, je me replie
Je laisse grand'ouvertes les portes de mon lit
Mais jamais il ne les a franchies

Je suis le roi de Platonie
Je règne sur un drôle de pays
Où il ne sera jamais permis
De toucher c'lui dont on a envie

Je suis le roi de Platonie...


(Adapté de la chanson "Le roi de Platonie" de Claude-Michel Schönberg)