Pour ceux qui s'inquièteraient, "je ne suis pas mort, je bande encore" comme dit Mano Solo...
A l'instar de Georges Brassens, "bande à part, sacrebleu, c'est ma règle et j'y tiens, au faisceau des phallus, on verra pas le mien".
J'ai mis en invisible ma connection aux différentes messageries instantanées
Je préfère rester seul derrière mes fenetres, réelles ou informatiques (pingouinesques ou windaubesques) à regarder le monde qui me fait marrer...
Comme dit Garou, "je suis le meme que t'as connu qui malgré lui avoue se sentir un peu perdu". Donc si je suis le meme, mes ex ne sont pas près de revenir puisque les raisons pour lesquelles ils m'ont rayé de leur vie n'ont sans doute pas changé. Mais dans ce qui n'a pas changé chez moi, il y a aussi cette incapacité à rayer d'un trait de plume quelqu'un qui a occupé une place dans mon coeur...
Quant à en trouver un nouveau, de mec, "ma tete, mon coeur et mes couilles", comme dit Grand Corps Malade (slammeur aux magnifiques yeux bleus...), sont d'accord pour dire qu'il faudrait bien, mais c'est pas encore brillant...
Alors pour l'instant, et en attendant des jours meilleurs, que j'espère encore car je suis solitaire mais pas désespéré, je chante avec Georges Brassens:

Après c'tour d'horizon des mille et un' recettes
Qui vous val'nt à coup sûr les honneurs des gazettes,
J'aime mieux m'en tenir à ma premièr' façon
Et me gratter le ventre en chantant des chansons.
Si le public en veut, je les sors dare-dare,
S'il n'en veut pas je les remets dans ma guitare.
Refusant d'acquitter la rançon de la gloir',
Sur mon brin de laurier je m'endors comme un loir.