J'écoute un vieux disque vinyl (1984 ou 1985) de chansons de Brassens adaptées en anglais et chantées par Graeme Allwright. Ce disque me refait penser "qu'en ce temps-là j'avais vingt ans" enfin entre 19 et 20, et que "si je connus un temps de chien certes, c'est bien le temps de mes vingt ans", temps passé à essayer de poursuivre, dans cette fac d'une ville fluviale, des études de sciences que je n'ai que partiellement rattrapées (à part l'informatique (encore balbutiante à cette époque), l'anglais et le français, je crois que le reste m'a échappé), aidé en cela par le diable que je devais tirer par la queue pour survivre tant bien que mal. Temps de la rencontre, via une petite annonce où ils recherchaient des amis pour des randonnées, d'un couple de mecs, Q* et H*, que je trouvais bien trop vieux (ils avaient à l'époque 28 et 36 ans) du haut de ma vingtaine... et que j'ai vite perdus de vue parce qu'ils me faisaient peut-être un peu peur, au fond... et aussi parce qu'il n'est pas facile d'avoir une vie sociale tout court quand on n'a pas de thunes... Temps aussi de la rencontre (platonique) avec B* que je revoyais de loin en loin à la fac et qui me faisait à chaque fois un peu rêver... Temps ausi de la rencontre avec N* qui garde même aujourd'hui une place dans mon coeur, même s'il était hétéro et que je l'ai perdu de vue depuis 1987... Qu'est-il devenu? Je ne sais pas... mais je préfère au fond garder son souvenir de quand il avait 20 ans, de quand son regard me faisait chavirer en secret...
_
(*)Les initiales ont été modifiées